« Couturière Solidaire ».

Non classé

par Quentin Ferjou

" Je suis Karina, je viens de Grande Bretagne, et ça fait 20 ans que je vie en France.
Quand l'épidémie a commencé, j'ai eu envie de contribuer, et comme je fais de la couture, j'ai simplement décidé de faire des masques.

Il y a longtemps, j'ai passé beaucoup de temps au CHU de Nantes, et le personnel soignant m'a remise sur pied. J'avais envie de redonner quelque chose, c'est ma contribution et c'est aussi une façon de se remplir la tête de choses positives car j'ai perdu 80 % de mon activité.

On se sent parfois impuissant dans ce genre de moment, une petite contribution peut faire la différence et peut-être sauver des vies.
J'ai confectionné des masques pour les soignants, les entreprises, les particuliers, certains voulaient me payer, mais je ne voulais pas profiter de la situation, alors j'ai réalisé des échanges contre des pots de crème pour le personnel soignant.

Je n'ai pas le droit de vote en France et donc rien à gagner politiquement. Je pense qu'on a tous des devoirs, chacun fait ce qu'il peut et veut. je considère que j'ai une machine, du tissu, un savoir-faire et que c'est mon devoir de faire ce que je peux.

 On peut faire partie du problème ou de la solution, je choisis de faire partie de la solution.

Honnêtement, je n'ai pas vu les 6 semaines passer ! "